mardi 17 juillet 2018

ELYES JOUINI

Les débuts en France : Ecole Sainte-Geneviève - Versailles
Vice-président de l’université Paris-Dauphine Président de la Fondation Dauphine
Gouvernement de transition en Tunisie Elyès Jouini ministre des réformes économiques et sociales

Elyès Jouini est né à Tunis en 1965 et a étudié au lycée Pierre Mendès France où il a été boursier d’excellence tout au long de sa scolarité. Il a été major des lycées français de Tunisie au baccalauréat avec la mention très bien, et a obtenu une bourse nationale pour poursuivre ses études en France.
A son arrivée en France en 1982, Elyès Jouini passe deux années à l’école Sainte-Geneviève à Versaille.

A l’issue de ces années, il est reçu major au concours des Écoles normales supérieures de Fontenay-aux-Roses et de Saint-Cloud et 19ème au concours de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm qu’il intègre en 1984. Il obtient en 1985 une licence et une maîtrise de mathématiques pures de l’Université de Paris VII et en 1986 un DEA en mathématiques appliquées aux sciences économiques de l’Université Paris-Dauphine. En 1987, il est major à l’agrégation de mathématiques.

En 1989, il obtient son doctorat de Mathématiques appliquées de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne où il est aussitôt nommé maître de conférences en mathématiques appliquées.

Je n’avais pas la sensation d’être plus en France qu’ailleurs. Nous étions hors du monde et du temps, totalement centrés sur nos concours.

Il y sera ensuite professeur des universités en 1992 sur un poste joint avec l’École nationale de la statistique et de l’administration économique (ENSAE), après avoir soutenu l’habilitation à diriger des recherches la même année (HDR).

Il est alors également directeur du laboratoire d’assurance à l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) et professeur associé à l’Université Tunis II, où il participe de 1992 à 1996 à la création de l’Institut Préparatoire aux Etudes Scientifiques et Techniques (IPEST), de l’agrégation de mathématiques de l’Ecole Polytechnique de Tunisie, tout en siégeant à la Commission Nationale de Rénovation Universitaire créée par Mohamed Charfi.

J’enseigne moins aujourd’hui. Je n’ai pas assez de temps. Pourtant j’adore me trouver sur l’estrade devant les étudiants. Comme sur une scène de théâtre. Avec l’envie d’accrocher leur attention.

De 1998 à 2000, il est visiting associate professor de finance à la Stern School of Business de New York University (NYU) avant de rejoindre l’Université Paris-Dauphine en 2000. Il y assure plusieurs responsabilités : directeur de l’Institut Finance Dauphine à partir de 2003, directeur du master 222 Gestion d’actifs, Vice-président de l’Université Paris-Dauphine chargé de la recherche à partir de 2004.
Elyès Jouini est, depuis 2002 directeur scientifique, de l’Institut Europlace de finance. Il est membre du Comité de direction du pôle de compétitivité mondial Finance Innovation et membre du Conseil de surveillance de la Fondation du Risque. Il a été membre des comités scientifiques de la Fondation Banque de France et de l’Association Française de Gestion Financière.
Elyès Jouini a été nommé membre de l’Institut universitaire de France en 2003.
Il a été également nommé en 2006, par Jacques Chirac, au Haut Conseil de la science et de la technologie et en 2008 il a été nommé, par François Fillon, au Conseil d’analyse économique.
Il est titulaire, depuis 2007, d’une chaire de la Fondation du risque et depuis 2011, il est président de la Fondation Dauphine, après y avoir exercé la fonction de président du Conseil Scientifique.

Elyès Jouini est, d’autre part, actuaire agréé par l’Institut des Actuaires (France) et par le Comité général des assurances (Tunisie). Il a conduit l’étude de référence sur la réforme du secteur tunisien des assurances. Il a également travaillé sur les réformes de l’assurance maladie, de l’assurance automobile et des retraites en Tunisie. Après avoir participé à la création de l’IPEST et de l’EPT, Elyès Jouini a poursuivi, avec la même équipe (Naceur Ammar, Tahar Belakhdar et Mohamed Jaoua) son implication dans l’enseignement supérieur tunisien en participant à la fondation de l’université privée Esprit à Tunis. Elyès Jouini est également administrateur de la société d’assurancse COMAR et de la Banque de Tunisie, après en avoir claqué une première fois la porte en mai 2008. Il a également été administrateur de la SMG (Magasin Général). Convaincu de la nécessité de mobiliser les compétences tunisiennes au service de la Tunisie, Elyès Jouini a créé en 1989 l’association des tunisiens des grandes écoles (ATUGE) qu’il a voulu apolitique et qui a d’ailleurs été construite comme un pont jeté sur la méditerranée avec sa structure bicéphale : une association de droit tunisien jumelée avec une autre de droit français. En janvier 2011, Elyès Jouini est nommé Ministre des réformes économiques et sociales, au sein du deuxième gouvernement de transition après la révolution tunisienne. Il quitte cependant le gouvernement intérimaire le 1er mars 2011, à la suite de la démission du Premier ministre Mohamed Ghannouchi et reprend ses activités d’enseignant-chercheur.

By